SA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE


La Manufacture, dans laquelle GBL détient la quasi-totalité des actions, enregistre des pertes récurrentes de 30 à 50 millions de francs belges par an.

Au cours de l'assainissement difficile qu'il doit réaliser, Baudouin du Chastel entre en contact avec la firme japonaise NGK Insulators Ltd, spécialiste mondial de la fabrication de porcelaine à haute tension. En 1977, après plusieurs voyages au Japon et douze mois de discussions acharnées, la Manufacture Nationale de Porcelaines de Baudour est cédée à la firme NGK Insulators Ltd. L'entreprise est sauvée mais les licenciements consécutifs à cette absorption et à la fermeture de la division porcelaine de table, touchent quelque cent cinquante ouvriers.

Entre-temps, en 1973-1974, il prend également en charge d'autres mandats, pour l'essentiel concentrés dans le domaine de l'électricité :

- En 1973, il devient administrateur du holding Electrobel (Compagnie Générale des Entreprises Electriques et Industrielles) créé, rappelons-le, en 1928 pour accueillir les participations de nombreux groupes d'entreprises et holdings - dont Brufina - dans le secteur électrique. En 1973, Electrobel est partagé entre la Société Générale de Belgique, GBL et Sofina.

- En 1974, Baudouin du Chastel est nommé administrateur d'Intercom (Société Intercommunale Belge de Gaz et d'Electricité).

En 1977, Baudouin du Chastel est appelé à siéger au Centre Européen de Coopération Internationale (C.E.C.I.). Il s'agit d'une association internationale, non gouvernementale, dont l'objet est de promouvoir les relations économiques entre un groupe d'Etats d'Afrique, d'Amérique Latine et d'Asie d'une part et, d'autre part, un groupe d'entreprises européennes de premier plan.

précédent 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 suivant

SA FAMILLE    |     SES ÉTUDES    |     SON SERVICE    |     SA CARRIÈRE    |     L'HOMME    |     CONTACT    |     SOURCES